Ce qu’il faut savoir sur les cordes fausses :

19 Nov Ce qu’il faut savoir sur les cordes fausses :

LE PHENOMENE DES CORDES ‘FAUSSES’ :
 
Il arrive très fréquemment à tous les techniciens accordeurs de piano d’être confrontés au phénomène des cordes ‘fausses’ (ou avec battements). Il en résulte après l’accord d’un piano, quelques notes qui ne sont pas parfaitement justes. C’est une remarque fréquente que je notifie sur les carnets d’entretien des pianos que j’accorde. 
 
Voici quelques explications sur ce phénomène :
Avec le temps et le degré d’utilisation du piano, les marteaux de votre piano sont marqués par la frappe des cordes. C’est une conséquence normale de l’utilisation de tout piano. Plus les marteaux sont marqués, plus ils deviennent durs en têtes et plus le son devient métallique et agressif.
L’accord se détériore plus rapidement à cet endroit là. A force d’être frappé par  les marteaux aux têtes de plus en plus dures, le métal des cordes fatigue et s’use. Il en résulte des cordes qui ne sonnent plus parfaitement pure mais qui ont une sonorité avec une ondulation plus ou moins rapide.
 
Dans le jargon du technicien, on appelle ça les ‘cordes fausses’ (ou avec battements). C’est un phénomène récurent sur TOUS les pianos. Le plus souvent la zone des cordes fausses est assez facile à repérer car elle correspond à l’emplacement de la main droite. Zone très sollicitée lors du jeu.
Cependant, il n’y a pas que les cordes qui sont à l’origine de ces battements, le sillet, le contre sillet, les agrafes et le chevalet subissent également des contraintes mécaniques avec le temps et peuvent être également à l’origine de ces battements. 
La conséquence directe est l’impossibilité de réaliser un unisson parfait d’où la sensation d’un accord imparfait ou qui a bougé dans cette zone.
Le technicien piano n’y est pour rien dans ce cas de figure et il fera au mieux pour accorder ces notes là. Reste que le résultat ne peut être parfait et que ceci est inhérent au vieillissement du piano lui-même.
 
Dans les conservatoires importants comme le CNSMDP à Paris, les techniciens assurent un entretien régulier et indispensable pour les pianos et changent l’ensemble des cordes selon des règles définies à l’avance (âge du piano, type d’utilisation, nombre d’heures de jeu, contraintes environnementales (Température, hygrométrie), gamme du piano, etc). En plus des cordes, les sillets, agrafes et chevalets sont également contrôlés et révisés (ou changés) suivant les besoins. En résumé, un changement des cordes est conseillé après 15 à 20 ans d’utilisation.
 
Même si vous faites réaccorder votre piano dix fois de suite ou essayez de le faire accorder par 20 techniciens différents, le problème des cordes fausses subsistera et votre insatisfaction augmentera. Il faudra par conséquent s’attaquer aux causes du problème et non aux conséquences.
 
La solution est relativement simple : changement des cordes, contrôle de l’état des sillets et des chevalets, ponçage des marteaux ou re-feutrage de ceux-ci avec reprise des réglages de la mécanique + accords.
Ce qui impose une intervention en atelier spécialisé. Là, vous retrouverez les qualités proche du neuf de votre piano. Ce diagnostic est le même pour tous les pianos. Le seul bémol est le coût de ce type d’intervention.
Seul un entretien régulier du piano (ponçage des marteaux pour éviter la dureté en tête, reprise de l’harmonisation et accords réguliers annuels) repousse le vieillissement prématuré des pianos qui contrairement aux idées reçues ne se bonifient pas avec le temps (contrairement aux instruments de lutherie comme les violons par exemple).
  
Malheureusement, un technicien accordeur de piano ne peut être tenu responsable des niveaux de vétusté ou d’usure sur les pianos qui peuvent l’empêcher d’effectuer des accords de qualité.